Conclusion

Les geckos qui sont capables d'adhérer à tous types de surface, même aux surfaces lisses verticales, le sont en raison du fait qu'ils sont pourvus de lamelles adhésives. Ces lamelles adhésives étant constituées de très nombreuses setae, elles mêmes composées de centaines de spatules. Lorsque ces lamelles entrent en contact avec une surface et que des contraintes mécaniques surviennent (en raison des mouvements du gecko et de forces comme l'attraction gravitationelle), les setae entrent en contact avec la surface et établissent des liaisons de Van Der Waals avec la surface. Ces liaisons permettent au gecko d'adhérer à la surface. Pour se détacher de la surface, le gecko relève alors ses doigts de manière à ce que l'angle entre les setae et la surface soit supérieur à 30°, ce qui arrête l'adhérence. 

On peut ainsi schématiser simplement l'adhérence du gecko de cette manière :

A : La patte du gecko s'approche de la surface.

B : La patte du gecko entre en contact avec la surface.

C : En raison de l'attraction gravitationelle, le gecko glisse de la surface lisse verticale. Les contraintes mécaniques augmentent. Le nombre de setae mises en jeu dans l'adhérence augmente, l'adhérence augmente donc aussi. Des liaisons de Van Der Waals se créent entre l'extrémité des setae (spatules, fibres de kératine) et la surface.

D : Le gecko effectue un mouvement caractéristique, l'angle entre les setae et la surface est supérieur à 30° et les sétules se détachent. La patte n'adhére donc plus et le gecko peut la poser plus haut pour continuer son déplacement, et grimper sur la surface.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×