Expérience Rhacodactylus sp

A travers l’observation des geckos dans leur milieu naturel et en captivité, on constate que certains d’entres eux sont capables de faire l’ascension de nombreuses surfaces lisses verticales comme le verre.

Pour déterminer quelles sont les principales caractéristiques des geckos pourvus de ces capacités, il nous faut d’abord étudier (à l’aide de diverses expérimentations) différentes espèces afin de déterminer lesquelles en sont pourvues. C’est en comparant ces espèces que l’on pourra expliquer clairement la manière dont ces geckos peuvent adhérer à des surfaces lisses verticales. Nous nous sommes donc rendus chez des terrariophiles expérimentés élevant des geckos pour réaliser nos expériences.

( Rhacodactylus chahoua qui servit durant nos expériences )

Objectif de l'expérience :

Observer divers Geckonidae adhérer sur des surfaces lisses verticales et expliquer le fonctionnement de cette adhérence.

Hypothèses :

-L'adhérence des Geckonidae dépend de différents facteurs comme l'hygrométrie.

-L'adhérence des Geckonidae dépend de la morphologie du gecko.

Protocole expérimental :


On dispose de plaques de verre (surface lisse) de différentes dimensions, de polystyrène extrudé (surface rugueuse), mais aussi d'un pulvérisateur d'eau. Nous nous rendons chez des terrariophiles pour pouvoir réaliser nos expériences avec des geckos (Rhacodactylus ciliatus, chahoua, auriculatus, leachianus ainsi que Phelsuma sp.).

Dans un premier temps, afin d'observer ces Geckonidae en train de grimper sur des surfaces lisses, on place contre un meuble une grande plaque de verre, sur un plan vertical. On incite alors des Rhacodactylus ciliatus et chahoua adultes à grimper sur cette surface.

Constat : Ils n'éprouvent aucune difficulté à adhérer sur cette plaque de verre lisse et sèche, à la verticale. On constate néanmoins un certain temps d'adaptation du mouvement des doigts pour bien adhérer. Ces mouvements sont en effet caractéristiques, et semblent permettre aux geckos de décoller et de coller leurs doigts à la surface.

Pour mieux comprendre l'importance de ces mouvements, on place un jeune Rhacodactylus ciliatus sur cette même surface.

Constat : Il semble éprouver des difficultés à se déplacer sur la surface et à adhérer convenablement. Le temps d'adaptation est plus long, et les mouvements des pattes ne permettent pas une adhérence totale.

Afin de déterminer si cette adhérence dépend de différents facteurs comme l'hygrométrie, comme nous l'avons précédemment conjecturé, on humidifie la surface à l'aide d'un pulvérisateur.

On incite ensuite les mêmes geckos adultes que précédemment à grimper sur cette surface désormais humide.

Constat : Ils n'éprouvent encore une fois aucune difficulté à adhérer sur cette plaque de verre verticale, lisse et humide. L'adhérence ne semble donc pas dépendre de l'humidité de la surface.

On s'intéresse donc à la morphologie de ces Geckonidae, en observant à travers la plaque de verre leurs faces ventrales. On constate alors la présence de lamelles adhésives sur leurs pattes.

Conclusion de l’expérience :

Les Rhacodactylus sp sont des Geckonidae capables d'adhérer à des surfaces lisses verticales, humides ou sèches. On remarque que ces geckos sont pourvus de lamelles adhésives, qui semblent jouer un rôle important dans cette adhérence.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site